La société AD Display inaugure l’expérience à Alger – Mobilier urbain ou la connectivité ville-citoyen

Le mobilier comprend aussi bien les abribus connectés, des jardins, des corbeilles, des barres de protection, des kiosques, l’éclairage LED, des bancs publics, des vespasiennes, etc.

Après quinze années d’existence, AD Display se lance, désormais, dans une nouvelle aventure. Après les écrans d’affichage Outdoor, la société initie le mobilier urbain intelligent. L’objectif étant de doter les villes de ce matériel connecté, AD Display compte ainsi se hisser au niveau de l’évolution technologique actuelle. Le concept réfléchi est d’installer, notamment, les abribus digitaux. Si l’opération est lancée, uniquement pour la capitale, elle concernera plusieurs autres wilayas du pays. C’est, en effet, l’annonce faite par son P-DG, M. Mourad Hadj-Saïd, hier, lors d’un point de presse tenu à Alger, afin de présenter le nouveau-né de la société. “Notre but est de permettre à la ville de communiquer avec le citoyen grâce à un support dynamique”, a-t-il dit, soulignant que l’entreprise ambitionne la mise en place de mobiliers urbains digitaux “pour se diriger vers la Smart City”. Autrement dit, aller vers “la ville intelligente et connectée”. Le mobilier que propose, gratuitement, Ad Display pour les collectivités locales, son principal partenaire, sont des écrans tactiles HD de plusieurs dimensions. Équipé d’internet, d’un écran LED et de plusieurs autres fonctions, cet abribus connecté est conçu comme “un moyen moderne de communication de proximité”. Pour Hadj-Saïd, ce mobilier est un support intelligent pour des messages à intérêt général, d’animation, de messages publicitaires, d’informations diverses, d’informations sur la ville. Il a souligné que le mobilier, fabriqué à 60% en Algérie, respecte l’architecture de chaque ville algérienne. “Nous avons conçu cet outil en fonction des spécificités de chaque ville du pays afin de faire de la ville un levier de développement socioéconomique”, a-t-il dit. Expliquant le processus d’installation de ce mobilier, il a indiqué qu’il est offert, gracieusement, aux collectivités locales. “Nous assurons l’entretien et nous payons plus de 500 millions de dinars de redevances”. Regrettant le fait que les collectivités locales “ne s’y intéressent pas toutes”, il a appelé à faire de ce mobilier, qui comprend, outre les abribus connectés, des jardins, des corbeilles, des barres de protection, des kiosques, l’éclairage LED, des bancs publics, des vespasiennes…, “un instrument pour améliorer le confort des citoyens sur le long terme”. Conscient que le projet ne peut aboutir sans l’engagement des collectivités locales, il a appelé ces dernières à l’accompagner “pour une meilleure gestion de l’espace public”. Interrogé sur les capacités de production de la société, M. Hadj-Saïd a souligné que tout le mobilier proposé “est fabriqué à hauteur de 60% en Algérie, hormis les écrans LED que nous importons, tout est fabriqué localement par nos 400 collaborateurs”. Il a assuré qu’Ad Display se lancera très prochainement dans l’exportation de matériels urbains, notamment vers l’Afrique, soulignant que la société est en mesure de concurrencer les multinationales sur ce segment. Il a rappelé qu’ils sont présents dans 44 wilayas, avec 3 agences régionales et sont partenaires de 170 communes. La société fondée en 2001 propose actuellement plus de 500 000 m2 d’espace publicitaire par année.

Source : Liberté Algérie : http://www.liberte-algerie.com/actualite/mobilier-urbain-ou-la-connectivite-ville-citoyen-255459